L’Alocodrome


L’Alocodrome

45 rue des trois bornes,75011 Paris

 

 
Vendredi soir Conceptualist Hic et moi sommes allées dîner à L’Alocodrome.
En fait je voulais y aller depuis avant l’ouverture (ça remonte), avec Mademoiselle A (on passe un temps certain à manger), mais soit ce n’était (toujours) pas ouvert, soit c’était fermé.
Il se trouve que Conceptualist Hic y est allée la semaine dernière, elle a bien aimé et nous nous sommes décidées pour vendredi.

 

 
J’ai la flemme de faire des phrases (officiellement ma gorge et mes oreilles me démangent, or c’est bien connu, c’est très handicapant pour écrire) donc je vais vous infliger une énumération en vrac, au mépris du triptyque sujet-verbe-complément, sans conjonctions de coordination et avec une ponctuation approximative :

 

 
- bon accueil,
- décoration en manque d’inspiration mais il y a un effort pour rendre l’endroit agréable
- sièges plutôt confortables, avec un coussin, idéal pour les gens comme moi qui ont besoin d’un point d’appui multifonctions (de bonne taille mais pratique, maniable, moelleux, réconfortant, joli et j’en passe)

 

 

- deux petites salles, l’une au rez-de chaussée, classique, baie vitrée, vue sur la rue et l’autre dans une cave au sous-sol
- un concert de jazz à la cave, gentiment proposé par la patronne, bonne idée, le concert mais une fois descendues nous sommes très vite remontées car la cave avait beau être plus fraîche que l’autre salle (il faisait bien chaud), le déluge de décibels aux accords pas toujours harmonieux dans les oreilles a eu raison du concept, nous ne nous entendions même plus

 

 

- quelques personnes (à l’africaine) dont on se demande si elles sont clientes, employées, en visite de courtoisie…
- quelques clients (à l’africaine, je me répète) forts bruyants et démonstratifs
– température trop élevée dans la salle malgré un ventilateur (trop petit) que la patronne a réorienté pour nous apaiser un peu

 

 
- jus de gingembre très bon et judicieusement agrémenté de feuilles de menthe
La responsable nous a annoncé qu’il n’y avait pas de bissap, après quoi Conceptualist Hic lui a fait remarquer qu’il n’y avait pas de gingembre la semaine dernière; pour ceux qui l’ignoraient, sachez que le jus de bissap et le jus de gingembre sont quasiment devenus des incontournables pour accompagner la cuisine d’Afrique de l’Ouest, c’est un peu comme s’il n’y avait pas de vin. Inutile de me dire que le vin est alcoolisé et le reste non, je sais bien mais culturellement, dans le cadre d’un repas à l’extérieur, ce me semble être le meilleur comparatif et après ça je me sens un peu obligée de mettre un point. C’est ridicule puisqu’il n’y en avait pas à la fin des précédentes composantes de mon énumération mais l’idée de terminer ma petite affaire sauvagement me chagrinait; et pan, un second point.

J’avais oublié de vous dire qu’en fait les jus sont victimes de leur succès, mais Madame va faire de plus grandes quantités dorénavant. Voilà, c’est fait, j’ai rajouté une phrase.

 

 
- bref, l’attiéké-poisson était bon, pas exceptionnel, mais bon, le plat arrive assez rapidement, composé d’attiéké, tilapia braisé, tomates et oignons partiellement cuits, salade de laitue, tomate et vinaigrette
* attiéké correct, sans grand relief et manquant un peu de finesse à mon goût

 

 
* poisson bien braisé mais pas exceptionnel, il faut du rock’n’roll dans l’assaisonnement, ça fait « bon, les gens, mon mari a cru bon de vous inviter sans chercher à savoir ce que j’avais prévu et ça me saoule donc c’est du vite fait » (sans passion, mais comme c’est une cuisinière plutôt bonne, ça marche quand même)

 

 
* l’espèce de sauce m’a un peu énervée parce qu’elle est partiellement cuite, pas mi-cuite, pas deux ou trois cuissons différentes et claires, non, des semi-cuissons brouillonnes, hésitantes et agaçantes; en plus tomate et oignon sont tranchés trop gros et l’ensemble est trop citronné

 

 
* le piment est bon, piquant mais pas incendiaire (nous en avons repris plusieurs fois), il est présenté dans un petit bocal, ça change un peu en revanche on n’a pas de cuiller pour se servir, ce qui implique d’utiliser son couteau or on ne sait pas qui d’autre a trempé le sien avant ….

 

 
 - on m’a parlé de thé à la menthe, je me suis fait un film façon Casablanca, et bien non, j’ai eu un sachet (plus du sucre et un biscuit auquel j’ai vaillamment résisté). Je rajoute un petit mot pour dire que j’ai beaucoup aimé la cuiller design qui accompagnait la tasse, très pratique.
- prix corrects (plat 16 €, jus de gingembre 3 €, cocktails 6 €)

 

 

 
Les +
- l’accueil et les efforts pour que nous nous sentions à l’aise
- l’attiéké-poisson qui a un bon potentiel (mettez du rock’n’roll les amis!)
- l’idée des concerts
– les quelques livres et BD disponibles

 

 

 
Les -
- les assaisonnements à dynamiser
- le bruit (le trop-plein de décibels en bas, les clients qui croient qu’ils sont au village)
- les toilettes peintes en noir, mal éclairées et pas discrètes (c’est là qu’on dit merci la musique trop fort)

 

 

Conclusion : ça passe, il y a un bon potentiel, j’ai bien envie de goûter les sauces et les cocktails donc je vais y retourner. A garder dans son carnet d’adresses. En plus c’est ouvert le soir « jusqu’à fatigué ».
PS : la cuisinière a un joli sourire et elle est mignonne.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

Au fait, Conceptualist Hic, comment était l’aloco?

23 réflexions sur “L’Alocodrome

  1. Ah bon,j’aurai parié qu’ALLALOCODROME on servait en priorité de l’ALLOCOS:banane plantains frits.Les GERANTS ont emprumté le CONCEPT au pays,en COTE d’IVOIRE.C’est une bonne idée de l’avoir adapter à la MODE PARISIENNE.En général,lorsque les gens sont dans un ACCUEILLANT et CONVIVIAL ENDROIT,ils ont alors TENDANCE à se lacher plus encore.Ca ne veut pas forcément dire que se sont des VILLAGEOIS.ILs s’expriment bruyamment sans doute pour exprimer leur plaisir et leur joie de se retrouver comme au PAYS.Si dans un restaurant on ne peut plus PARLER un peu plus fort,ou peut-on alors le faire donc?je me le demande.Dans tous les MAQUIS,l’ambiance est similaire.Les gens s’en plaignent pas pourtant.

    J'aime

  2. Coucou Rita, le restaurant sert effectivement des bananes, j’y fais référence dans ma dernière phrase.

    Je ne dis pas que ces gens sont des villageois mais qu’ils se comportent comme tels dans le mauvais sens du terme, ou disons même dans le sens négatif du cliché du villageois ouest et centre africain. Je suis bien consciente qu’en lui-même ce cliché fait une généralité d’une entité virtuelle qui n’existe pas, en revanche ce type de comportement et de personnes existe bel et bien.

    Ce doit être mon côté français mais je considère qu’un restaurant n’est pas un champ de foire et que si on veut beugler on le fait chez soi, pas au restaurant, surtout dans un restaurant qu’on n’a pas privatisé et où se trouvent d’autres personnes qui aimeraient passer une soirée tranquille ou même animée mais sans qu’on leur hurle la vie des autres dans les oreilles.

    Ça énerve beaucoup d’africains quand je le dis, mais l’archétype de l’africain qui parle trop et trop fort, qui croit que la rue et les lieux publics c’est la cour de sa concession, existe.
    Ca énerve encore plus certains africains mais je peux désigner non pas des nationalités (on accuse souvent les maliens) en tant que nations mais des ethnies et des régions dans lesquelles c’est normal, dans leur maison, dans leur région, dans leur pays, donc, en général, sauf qu’en France ça ne l’est pas et je trouve que c’est bien comme ça.

    Je pense qu’à l’extérieur, hors concerts, foires et festivals (et encore) on doit manifester sa joie ou sa colère modérément.

    Le boucan dont une partie des africains est coutumier me dérange et il dérange en général.
    Pour le coup, cette fois, c’était d’autant plus gênant qu’ils n’exprimaient pas tant une joie particulière que de la fanfaronnade, du m’as-tu vu, du « moi je », « moi je », ce à quoi je dis également non.

    J'aime

  3. MISS AYO DELE,il n’y a pas de mal à se faire PLAISIR tout de meme.J’ai compris que la PHOTO fait partie de l’une de tes PASSIONS.Je me suis alors prettée au jeu bien que je n’aime pas etre prise en photos comme tu le sais.C’est le fait que nous ayons partagé un bon moment ensembles que j’apprécie vraiment pas l’ACTIVITE en tant que telle.Maintenant,pour ce que tu dis plus haut.J’aimerai que quelquefois tu vois les choses sans l’angle »AFRICAIN ».Tu es issue de deux CULTURES DIFFERENTES tout comme moi.Ce n’est pas un REPPROCHE mais je ne perçois pas encore chez toi l’AFRIQUE dans ta manière d’etre et de penser.Ton coté frenchy comme tu le reconnais prend le dessu on dirait.IL est vrai que nous vivons en FRANCE depuis un certain temps et que nous devons nous ADAPTER,je préfère ce mot à s’INTEGRER à l’environnement dans lequel nous vivons.J’estime que chacun à sa façon de se comporter et d’agir vis-à-vis des autres.Pour ma part,je n’y vois rien de mal.Je suis une citadine,le bruit ne me dérange plus.Le m’a tu-vu pour certains de nos frères et soeurs est devenue une véritable philosophie de vie.C’est une façon pour eux d’exister.Comme tu le fais avec ton BLOG.Honnetement,il n’y a pas beaucoup de LIEUX d’ESPACES ou la communauté AFRO-CARIBEENNE a la possibilité de s’exprimer librement.Tout est sous CONTROLE et surveillé aujourd’ui en permanence.Ta position bien que la partage pas est COURAGEUSE,certains doivent penser comme toi mais ne le disent JAMAIS.Pour se comprendre,il faut apprendre à COMMUNIQUER.PERSONNE n’ose dire les choses comme il le pense ouvertement,dommage.

    J'aime

  4. Mais, on n’est pas obligé d’être brouillon, bruyant et pagailleur parce qu’on est africain.
    On peut être africain autrement, on peut faire la foire chez soi.

    L’espace public est par définition à tous et pas à un seul petit groupe.
    Je te ferai remarquer que l’un des aspects majeur qui freine le développement de l’Afrique c’est justement l’incompréhension, l’appropriation et le non respect de la chose publique.

    Je ne veux pas (même si ça m’arrive) que l’Afrique se manifeste chez moi par ses travers.
    Je ne veux pas être une caricature.
    Je crois qu’être africain ne doit pas signifier être grossier, arriéré, sexiste, soumis, analphabète, m’as-tu vu, tribaliste, etc.

    Je trouve également qu’il y a beaucoup de moyens et d’espaces d’expression en France, même si ce n’est pas toujours suffisant et pas parfait.
    Je fais également une distinction entre les possibilités de s »exprimer et les perceptions de ce qu’on exprime. Par exemple, je peux parfaitement porter un boubou si je le souhaite en revanche une partie de ceux que je croiserai me trouveront bizarre, amusante, sauvage, folklorique, mal intégrée, revendicatrice ou autre. Ces réactions ou l’impression qu’elles existent peuvent m’inciter à porter moins ou pas de boubou parce que je ne veux pas renvoyer une image négative, parce que je ne veux pas me justifier, parce que je ne veux pas passer pour un festival ambulant. Cela ne signifie pas que je n’aime pas les boubous (pour le coup je n’aime pas), que j’en ai honte, ou que je n’ai pas le droit d’en porter.

    Je suis ravie d’avoir passé un peu de temps avec toi et que tu aies bien voulu faire des photos.
    Là par exemple, mon côté « français » a consisté à ne pas publier les photos ni cette fois ni la précédente, sachant que tu ne le souhaitais pas. Certes j’aurais très bien pu être une « française de souche » et le faire quand même mais j’ai eu l’occasion de constater que ça arrive beaucoup moins souvent qu’avec certains africains…

    J'aime

  5. Franchement pour faire court,tu as une bien drole de CONCEPTION de l’AFRICAIN en général. La MAJORITE des AFRICAINS,j’en suis sure ne se reconnaissent pas dans tes PROPOS.IL y a en FRANCE des FRANCAIS de souche qui parlent forts en PUBLIC et pourtant personne n’ose le leur repprocher et pour cause puisqu’ils sont chez eux.Je dirais que ce qui freine aussi l’OCCIDENT c’est la non-acceptation de l’autre dans sa différence et de vouloir imposer à tout prix à l’autre sa vision du monde.Si on se plaint souvent que les BLANCS ne nous acceptent pas pour telle ou telle raison,je constate aujourd’hui que meme les AFRICAINS ne s’acceptent pas entre-eux.Tu fais une CONFUSION TOTALE entre l’origine des gens et leurs comportements.Je ne sais pas au juste ce qui a bien pu se passer pour que tu sois aussi dure avec ta communauté d’origine.Je vois mon continent avec un regard lucide et réaliste.Je me refuse à voir catégoriquement que ce qui ne va pas chez mon frère uniquement.Je préfère le voir aussi avec ses qualités,sa richesse,sa différence et ce qu’il peut m’apporter positivement… A force de voir que ce qui ne va pas on avançe pas.Mes frères et soeurs afro-antillais,je vous aime malgré vos défauts.Nul n’est parfait dans ce monde.J’aime les gens,je n’y peux rien…je suis comme ça.Les gens me le rendent bien aussi.Nous avons besoin des uns-et-des autres…

    J'aime

  6. Rita, je n’ai jamais dit que la majorité des africains présentent les défauts que j’ai cités, je n’ai jamais dit que les africains n’avaient pas de qualités.

    Nous étions en train de discuter d’un comportement spécifique dont je n’ai jamais dit non plus qu’il n’existait que chez les africains. Bien sûr que ça existe partout, où que ce soit, qui ce soit, je trouve inconvenant que l’on s’exprime bruyamment dans la rue, au restaurant, au bureau.
    Je crois que ce n’est pas parce qu’on vient de quelque part qu’on doit être angélique avec tous ceux qui viennent de la même zone tout ce qu’ils font.

    Je n’ai pas dit non plus que les comportements des gens sont (forcément) génétiques mais le fait est (culturel) que souvent, lorsqu’on vient ou qu’on a vécu dans endroit on y prend des habitudes que les gens n’ont pas ailleurs, bonnes ou mauvaises, discutables ou admissibles.

    Je ne déteste pas les gens, ni les africains mais se contenter de baigner dans son marigot c’est le meilleur moyen de ne pas avancer, africain ou autre.

    J'aime

  7. IL ne tient aussi qu’à vous,cher MONSIEUR de vous rendre aussi dans le MAQUIS pour DEGUSTER de bons plats au lieu de nous faire la MORALE.JOIGNEZ la PAROLE aux ACTES. Ca vaut mieux que tous les LONGS et BEAUX DISCOURS du MONDE,non?bien à vous…

    J'aime

  8. Je vous invite aussi à vous y rendre cher MONSIEUR dans ce MAQUIS pour DEGUSTER de COPIEUX METS et pour que vous nous donniez aussi vos IMPRESSIONS sur ce lieu unique…

    J'aime

  9. Suivez bien le fil de la discussion cher monsieur,qui de nous deux a commençé à faire des remarques.Je n’ai fait que vous répondre simplement.Acceptez aussi la contradiction.Je ne me sens pas concerné par vos propos.Comme on dit,les africains parlent beaucoup mais n’agissent pas.Comme on dit du coté d’Abidjan,cher Monsieur on se connait en détail.Au plaisir.

    J'aime

  10. Le restaurant à l’air sympa !
    Un débat fort intéressant, je comprends les deux points de vue. Je pense que Ayo-Délé voulait dire qu’on est tellement montré du doigt que l’on a pas envie de rajouter plus de discrédit. la position de RitaFlower c’est que l’on doit accepter les autres avec leurs défauts surtout si c’est de la même ethnie. J’espère ne pas avoir déformé vos propos ! Après tout est dans la tête porter un boubou pour revendiquer ses racines ( je trouve ça bidon) le porter car on aime l’habit je dis d’accord. L’Afrique est grande et possède différente culture, on aime ou aime pas mais la façon de se positionner, de le dire peut porter à confusion. Sur ceux mesdames bonne soirée et à bientôt

    J'aime

    • J’essaie de dire que les défauts doivent être corrigés et non cultivés, mais, soit dit en passant, d’une culture à l’autre, un défaut peut être une qualité et inversement.
      Pour moi en tous cas, le tapage est un problème.

      J'aime

  11. Exactement,C’est très réducteur de se baser uniquement sur la tenue vestimentaire pour revendiquer ses origines africaines.Beaucoup d’africains,hommes et femmes confondus portent des tenues traditionnelles mais ne sont pour autant plus africain que vous et moi.L’AFRIQUE,c’est avant tout une manière d’etre et une manière de penser.Au fait MISS AYO DELE,ça me fait penser qu’il faut qu’on trouve le temps d’aller faire un tour à ALLOCODROME pour passer un moment sympa et bien manger et boire dans cette ambiance.

    J'aime

Laisser un commentaire - Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s